A propos

Chouette épervière dans le parc national de Sarek, Suède

Naturaliste avant d’être photographe, la photographie est devenue au fil des années une activité qui me permet de fixer les observations et les comportements de la faune que j’observe. Les mammifères, particulièrement les prédateurs, comme le lynx et le loup, ainsi que les rapaces sont des sujets que j’affectionne. Un habitants mythiques des forêts jurassiennes me tient particulièrement à coeur : le Grand tétras. Cet oiseau des forêts peu impactées par l’homme, est l’emblème du restant de Sauvagerie de nos régions. Ce sentiment a disparu de beaucoup d’endroits d’Europe centrale mais se retrouve encore en Arctique et en Laponie, vastes régions préservée, que je visite chaque année depuis 25 ans.